fbpx

Nous ne vivons pas seulement à notre époque. Nous portons toute notre histoire avec nous.

Jostein Gaarder

Cet article est une sorte de visite guidée qui vous permettra d’avoir une idée générale sur le musée archéologique de Sousse. Découvrons ensemble les trésors enfouis de notre passé.

Sousse, est l’héritière de l’antique Hadrumetum. Jadis Capitale de la province romaine de Byzacène, elle est aujourd’hui la capitale du Sahel Tunisien plus connue sous le nom de « la Perle du Sahel ».

Le musée archéologique de Sousse est une mine d’or pour ceux qui souhaitent découvrir certains aspects de l’histoire socio-économique de la cité, des origines jusqu’à la conquête arabo-musulmane.

Datant de 1897, ce muséé occupe actuellement une partie de l’ancienne kasbah de Sousse, construite à partir du IX siècle. Ce qui en fait un site encore plus exceptionnel. 

Le musée archéologique de Sousse possède la plus grande collection de mosaïques de Tunisie après celle du musée national du Bardo. 

musée archéologique de Sousse

Les mosaïques exposées au musée archéologique de Sousse représentent des scènes mythologiques, des personnages mythiques et des thèmes liés à la vie quotidienne, tels que les pratiques, les croyances et les activités.

Elles constituent un ensemble assez homogène, sorti des ateliers de la Byzacène côtière : El Alia, El Jem, Enfida, Moknine, Sousse, Themetra et Uzitt.

Histoire de la création du musée archéologique de Sousse

En 1881 : Implantation d’un musée par les autorités coloniales Françaises, dans un bâtiment qui donne sur la place “Pichon” au coeur de la ville à proximité du port commercial afin d’y exposer les objets découverts dans la ville de sousse et ses environs, des objets qui remontent surtout aux périodes puniques et romaine.

Compte tenu de la capacité d’accueil limitée du premier espace alloué à l’exposition au musée, deux espaces supplémentaires ont été aménagés répondant aux exigences minimales de l’exposition muséale, à savoir la salle  d’honneur de la quatrième division d’ infanterie de l’armée française, située à l’étage supérieur de la Kasbah de la Médina Sousse et l’une des salles de l’hôtel de ville, situé en face du port commercial.

Pendant la Seconde Guerre mondiale entre 1942 et 1943 : Destruction quasi-totale des trois locaux du musée et d’un nombre important d’artefacts qui étaient exposés. Cela, suite à des frappes aériennes qui visaient le port et autres installations vitales.

En 1951 : Un nouvel espace muséal a été aménagé et ouvert aux visiteurs dans la partie sud de la Kasbah de Sousse. Cela, grâce à l’initiative d’un groupe d’archéologues français, dont Picard, Trio ou encore Louis Foucher.

En 2007 : Travaux de restauration et d’élargissement, sous la supervision de l’Institut national du patrimoine et des différentes structures intervenantes.

En 2012 : Réouverture au grand public avec un espace d’exposition au sous-sol de plus de 2000m².

Visite guidée du musée archéologique de Sousse

A l’entrée, un magnifique jardin entouré de remparts et une vue splendide sur la médina et la mer

A l’entrée, le musée de Sousse gratifie ses visiteurs d’une balade dans le jardin et d’une vue panoramique surplombant la médina et le port de la ville. C’est par là qu’on accède à un espace d’exposition temporaire qui mène à un espace d’exposition de 2000m².

Un sous-sol d’une superficie de 2000m² dédié à l’exposition

musée archéologique de sousse

Situées sous la grande cour de la Kasbah, les salles souterraines du musée atteignent 2000m² de superficie et baignent dans une lumière artificielle et naturelle, qui contribue à la mise en scène des collections et des ambiances scénographiques des différents espaces. 

Ces collections sont composées de mosaïques, de sculptures, de lapidaires et de mobiliers en céramique qui proviennent de plusieurs sites du Sahel antique.

Plusieurs salles souterraines différentes les unes des autres

La salle funéraire chrétienne :

On y trouve une collection de mosaïques dont la fameuse mosaïque mensa (table funéraire) d’Hermès, de stèles et de reliefs funéraires exhumés dans les sous sols des catacombes de Sousse, les plus importantes du monde antique après celles du Rome.

La salle funéraire romaine : 

Dans la salle romaine, une collection de stèles funéraires païennes côtoie une collection de sigillée claire, découverte à Sousse et dans sa région, des statuettes en terre cuite dont la fameuse « femme ivre », ainsi que quelques inscriptions funéraires latines.

 La salle libyco-punique

musée archéologique de sousse

La salle du tophet est le lieu où était déposée les urnes contenant les cendres des enfants ou des animaux ayant été sacrifiés aux dieux.

La majorité des pièces exposées dans la salle libyco-punique proviennent du tophet, qui constituait une aire sacrificielle à ciel ouvert où les phéniciens pratiquaient (VI eme s. av. J.-C) le sacrifice Molk. Ce sacrifice consiste à offrir un nouveau-né des troupeaux, des premiers fruits de la récolte ou de l’enfant premier-né aux divinités protectrices de la cité, Baal Hamon et Tanit.

Cet espace accueille également le mobilier des tombes découvertes à l’intérieur de la Kasbah.

La grande salle 

La grande salle occupe plusieurs espaces très bien répartis.  
A l’entrée, on aperçoit à droite le calendrier de César ; des scènes nilotiques, des mosaïques marines. 
La mosaïque de Bacchus, la mosaïque de la méduse et le baptistère, occupent l’aile gauche de cette grande salle.
De part et d’autre du patio, se trouve la galerie d’Apollon à droite et la galerie d’Achille à gauche. Le fond du musée est occupé par la salle de Trajan.

Découvrons ensembles quelques pièces exposées

Les mosaïques de la salle Tarjan montrent de véritables sociétés et clubs, qui se constituaient dès le début du 3e s. et eurent pour principale activité l’organisation de courses et de combats dans le cirque ou dans l’amphithéâtre mais aussi des mosaïques illustrant des scènes de théâtre.

La salle de Trajan se termine par une abside figurant des sculptures dominées au milieu par une tête de Trajan aux proportions massives.

musée archéologique de sousse

La mosaïque du cortège de Dionysos évoque la marche majestueuse du triomphateur qui avance à un rythme lent.

musée archéologique de sousse
Cortège triomphal de Dionysos (dieu du Vin et de l’Ivresse, de la Végétation et de la Génération)

Le baptistère de Bekalta constitue une pièce majeure du département paléochrétien du musée archéologique de Sousse. En effet, les cuves baptismales pourvues de mosaïques sont extrêmement rares parmi les vestiges connus.

musée archéologique de sousse
Baptistère paléochrétien, (2,80m x 2,37m, époque byzantine) VI eme ap J.-C Téboulba

Derrière la cuve baptismale, accrochée au mur, une collection de carreaux chrétiens provenant des plafonds ou des parois d’une église et illustrés par des thèmes bibliques dans un style naïf.

La mosaïque de la méduse est une méduse au regard magnétique et fascinant. Ce monstre servait généralement de talisman. Selon la légende, son visage a le pouvoir de pétrifier tout mortel qui le regarde

musée archéologique de sousse
La mosaïque de la méduse / Datation : II eme ap. j-C / Retrouvée à la maison de Dar Zmala
musée archéologique de sousse
Calendrier de Cesar : une mosaïque de Thysdrus représentant les Saisons et les mois de l’année

Un espace dédié aux peuples nilotiques:

Une belle mosaïque d’El-Alia (début du 2e s.) représentant un paysage égyptien figurant le Nil ne passe pas inaperçu. Au sol figure une mosaïque incomplète représentant les douze mois figurés par des têtes, chacune dans un cercle lui-même dans un carré concave

Une collection de mosaïques qui nous fait découvrir la culture de nos ancêtres

Le musée archéologique comprend une importante collection de mosaïques romaines couvrant une période allant du IIe siècle au IVe siècle ainsi que des objets figurines en terre cuite, stèles, ex-votos, des scultures, poteries, mobilier funéraire, etc.  provenant des fouilles archéologiques opérées sur les sites antiques, principalement à Sousse, surtout au niveau de ses catacombes, et à ses environs (El Jem, Enfidha, Moknine, El Alia, Themetra, Uzitta, El Alia, Salakta…).

Celles-ci représentent souvent les mêmes thématiques et servaient principalement à décorer les batiments.

La mosaïque pour décorer les maisons et autres bâtiments

Les riches aimaient décorer les principales pièces de leurs demeures. Les plus belles mosaïques ornaient en effet les compartiments où le propriétaire recevait ses invités. A travers ces tapis, le propriétaire fait de toute évidence étalage de sa position sociale et professionnelle ainsi que de ses penchants religieux et culturels.

Hadrumet et les divinités de la mer

Neptune dieu de la mer, se dresse sur un char tiré par deux hippocampes

La majorité des mosaïques marines se trouvent à l’entrée du musée !

On sait que le pays de Sousse n’est pas une région fertile. Seul l’olivier pouvait donner des résultats satisfaisants. Les Hadrumétins, plus attirés par la mer et par le commerce maritime, avaient naturellement une préférence pour les thèmes marins et pour les divinités de la mer qui protégeaient leurs activités. Neptune/Poséidon, génie de la ville, Océan, Vénus marine/Aphrodite Anadyomène, c’est-à-dire « sortie des flots », y jouissaient d’une grande popularité ; cela sans parler des Amazones, des Néréides, des monstres marins et de diverses espèces de poissons, de mollusques et de crustacées, seuls ou sortant d’un panier, qui décoraient souvent les entrées des maisons évoquant ainsi l’abondance généreuse de la mer nourricière.

Avec les dieux de la mer, protecteurs du commerce des Hadrumétins, c’est Dionysos/Bacchus, dieu de la vigne et de la végétation, qui est sans doute le plus représenté. Son enfance et son triomphe indien, illustré ici par un beau tableau, sont les thèmes les plus fréquents. Dompteur des fauves, on le retrouve aussi sur les scènes de combats amphithéâtraux.

Les sarments de vignes, parfois des scènes de vendanges, décorent de nombreux tableaux et accompagnent presque systématiquement les saisons. A Hadrumète, mais aussi ailleurs, le thème du temps et des saisons apparaissent avec une fréquence qui ne doit pas surprendre. Les représentations des mois et des quatre saisons, sous formes de têtes, de bustes et d’animaux décorés des attributs de la nature méditerranéenne, sont souvent associées aux scènes mythologiques, nilotiques et autres.


Le musée archéologique de sousse vous invite à voyager dans le temps. Sa collection de mosaïques romaine fait de lui l’un des musées les plus importants du bassin méditerrannéen.

Sa rénovation a embelli cet espace et mis encore plus en valeur les objets exposés. Nous espérons d’ailleurs voir la rénovation d’autres espaces historiques et culturels afin de préserver et de mettre en valeur encore plus notre patrimoine.

Nous espérons également pouvoir un jour effectuer des visites audio-guidées en plusieurs langues pour une expérience encore plus passionnante. Un projet qui apporterait une réelle valeur au musée archéologique de Sousse et aux autres musées importants de la ville. 

Maintenant, il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter une agréable visite !

Horaires d’ouvertures : ouvert tous les jours sauf lundi
En hiver : de 9h à 17h
En été : de 9h à 18h
En Ramadan : de 9h à 16h

Droit d’entrée : 5dt (pour les résidents tunisiens) 10dt pour les non résidents


Sources : Traveaux de recherche de M. Samir Anouanallah
Autres sources : http://www.commune-sousse.gov.tn/ http://www.inp.rnrt.tn/ https://www.soussemuseum.tn/

A lire aussi sur Sousse Made :
Musée El Kobba : Un des joyaux de la médina de Sousse à découvrir

1 Comment

  1. Pingback: Que visiter à Sousse