fbpx

Connaître son histoire, c′est pouvoir choisir son avenir

Vous connaissez certainement le Ribat de Sousse, ce bâtiment aux allures de forteresse située à la médina de Sousse. Mais que sait-on vraiment à propos de ce Ribat ? À  quoi servait il ? Par qui était-il occupé… ?

Contrairement aux autres ribats qu’on retrouve en bord de mer, le ribat de Sousse est une forteresse qui se trouve à 500 mètres de la côte et au sein de la médina de Sousse, à environ cinquante-cinq mètres de la Grande Mosquée. Selon plusieurs écrivains et historiens, comme Anouar el feni ou encore Mohamed Mestiri ce sont les forces françaises qui ont construit sur l’eau tout autour des remparts à proximité du ribat. Cette nouvelle partie été d’ailleurs surnommée la nouvelle ville vu qu’elle se trouvait à l’extérieur de la médina.

Le Ribat de Sousse est le plus ancien Ribat de l’Afrique du nord

ribat de sousse

Classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1988, il est considéré comme le ribat le plus ancien en Tunisie, il a d’ailleurs même servi de modèle pour le ribat de Monastir.

C’est un des exemples typiques des ribats qui servaient dans l’Afrique du nord au Moyen Âge.

La construction du ribat est attribuée à Ziyadat Allah Ier en 821, sur la base de l’unique inscription qui existe à l’intérieur du bâtiment : « Au Nom de Dieu, le Bienfaiteur, le Miséricordieux. Bénédiction de Dieu. Voici ce qu’a ordonné l’émir Ziyâdat Allâh ibn Ibrâhîm, que Dieu prolonge sa durée !… par les mains de Masrûr al-Khâdim  (Le serviteur) son affranchi, en l’année 206 / 821. Ô Dieu, fais-nous descendre dans une demeure… béni. Tu es le meilleur des conducteurs ».

Le Ribat a été entièrement démoli puis reconstruit

Bien qu’initialement bâti par un gouverneur abbasside en 796 CE, le ribat de Sousse a été démoli et entièrement reconstruit par le calife Aghlabid Ziyadat Allah I en 821 qui lui a ajouté une tour de garde du côté sud-est qui servait de minaret à la mosquée voisine.

Le ribat de Sousse a été endommagé lors du bombardement de la ville en 1943 durant la campagne nord-africaine de la Seconde Guerre mondiale. Il a ensuite été restauré entre 1951 et 1953. 

C’est un des bâtiments historiques les mieux conservés en Afrique du nord.

Des fonctions militaires et religieuses

ribat de sousse

De petites garnisons de soldats musulmans pieux vivaient dans le Ribat et protégeaient leurs villes contre les attaques maritimes, le ribat avait donc une fonction de défense et de guet contre les attaques de la marine byzantine ou tout autre ennemi.

C’est également un lieu idéal de refuge pour les pèlerins comme pour la population en cas d’attaque. Il est conçu pour abriter une cinquantaine d’hommes.

La tour est en forme de cheminée, mesurant 27m, elle permettait aux soldats de surveiller la mer et l’arrière-pays, d’où en cas de besoin pouvaient communiquer avec les Ribats voisins par des signaux lumineux. Un système de signalisation constitué par des signaux optiques (fumée et feu allumés) était utilisé.

L’entrée du Ribat est surmontée d’un assommoir, une ouverture pour faire tomber des projectiles sur les assaillants.

Le mur de la qibla qui est aussi le rempart d’enceinte est percé d’archers. Les priants peuvent ainsi se transformer à tout moment en guerriers pour défendre le Ribat !

En 827, le Ribat de Sousse servait de base de départ pour la conquête de Sicile par Assad Ibn El Fourat.

En 1722, vers la fin de la confrontation entre les deux rives de la méditerranée, le ribat perdit sa vocation militaire et se transforma en lieu d’enseignement (madrassa ) et de propagation des sciences religieuses. D’ailleurs les plans des medersas tunisiennes s’inspirent profondément de celui des ribats.

Sa structure fut imitée dans tout l’occident musulman

ribat de sousse

Son style architectural s’inspire largement de celui mis en œuvre par les Byzantins.

Le ribat est édifié sur un plan carré de 38 mètres de côté et s’étage sur deux niveaux ouverts sur une cour centrale de forme rectangulaire.

La cour centrale est entourée de pièces, le niveau supérieur desservi par deux escaliers abrite une salle de prière dotée d’un élégant plafond voûté qui reflète son double objectif avec ses fenêtres fortifiées utilisées par les archers et le simple mihrab (niche de prière dans le mur indiquant la direction de La Mecque; c’est l’une des plus anciennes du Nord Afrique).

On y trouve également les cellules des moines-soldats qui occupent les trois autres ailes de l’étage.

Au dernier niveau on trouve le chemin de ronde et plusieurs tours aux angles, semi-circulaires disposées au milieu des courtines Est, Ouest et Nord.  A l’angle S-E se trouve la tour-vigie. On y trouve également la coupole, C’est l’abri des défenseurs de l’entrée, chargés de neutraliser les assaillants parvenus sous le porche. 


Nous espérons que cet article vous a plu et qu’il vous a surtout appris un peu plus à propos d’un des monuments historiques les plus importants de la ville de Sousse.

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à voir ça de plus prêt en visitant le ribat de Sousse. Celui-ci est ouvert tous les jours, l’entrée coûte 8dt.

À lire aussi sur Sousse Made :
Les légendes racontées au sujet d’El Hajra El maklouba de Sousse
Que voir à Sousse ? Les visites incontournables