fbpx
Auteur

AL

Browsing

Si de nos jours, on évoque surtout les flux migratoires d’Afrique vers l’Europe, dans le passé c’était plutôt l’inverse. C’est le cas notamment des Italiens qui ont longtemps et pour diverses raisons choisi de s’installer en Tunisie.

En 1906, la communauté italienne comptait environ 4600 habitants à Sousse.

Beaucoup d’italiens étaient viticulteurs sur des petites exploitations dans les environs de la ville de Sousse.
Le prix bon marché du vin en Tunisie au début du XXème siècle ne contribua pas à leur richesse.

Leurs qualités de travail et leur sobriété faisaient que les travailleurs italiens étaient très appréciés de leurs employeurs, même s’ils étaient âpres au gain et parfois jugés “prétentieux” du fait que les conventions de 1896 les mettaient théoriquement sur un pied d’égalité avec les Tunisiens et les Français.

Néanmoins les pêcheurs, artisans et ouvriers avaient souvent des conditions de vie inférieures à celles des Tunisiens, et vivaient dans des quartiers où la salubrité laissait alors beaucoup à désirer.

Italiens-Sousse-Tunisie

L’histoire du quartier de CAPACE

Le Petit Capaci / Capaci Piccolo

C’était le quartier des pêcheurs et petits métiers autour de la Marine de Sousse.

Le quartier tire ses origines du nom de la ville sicilienne de Capaci, dont beaucoup étaient originaires, il était également appelé Capaci Piccolo (le petit Capaci).

Le Grand Capaci

Le quartier de Capace grande ou capaci grandi (le grand Capaci) fut construit plus tard sur les hauteurs de la ville. Appelé par certain le Trocadéro où s’installèrent ceux qui avaient un peu mieux réussi, les maçons, entrepreneurs et commerçants.

Il n’existait pas de rivalités de classe entre ces deux quartiers qui savaient se retrouver pour toutes les occasions de grande fêtes chrétiennes ou autour de quelques parties de foot endiablées.

Une intégration des Italiens qui se passe plutôt bien en Tunisie

Italiens-Sousse-Tunisie
En 1881, la Tunisie accueille 10 000 Italiens

A Sousse, la seule langue européenne parlée avant le protectorat était l’italien.
Ainsi pour se faire comprendre ou enseigner, les sœurs de Saint-Joseph de l’apparition durent-elles parler italien.

Cependant on trouvait aussi parmi la communauté italienne une élite sociale fortunée et politisée fréquentant parfois aussi les milieux de la franc-maçonnerie à l’image du grand Garibaldi qui vécut exilé en Tunisie.
Quelques familles ayant souvent une charge consulaire ou des activités économiques prospères tentaient d’encadrer l’ensemble de leurs ressortissants.

Ces personnes avaient un fort sentiment d’italianité, ils tentaient de former au mieux l’ensemble de leurs compatriotes en créant un grand nombre d’œuvres de charité, d’organisations culturelles, sportives et sociales. Des écoles fortement soutenues par le gouvernement italien furent créées.

Italiens-Sousse-Tunisie
L’école italienne sur l’avenue Krantz

Le Protectorat Français, un frein pour la migration des Italiens en Tunisie

La rivalité constante des autorités italiennes et françaises fut un frein majeur au développement harmonieux de cette communauté italienne en Tunisie.
Ceux qui ont opté pour la nationalité française, suite au décret du 8 novembre 1921, le firent surtout par opportunité car on leur proposait de meilleures conditions sociales. Dans l’ensemble, cette communauté fut peu touchée par l’assimilation française, mais elle n’augmenta que faiblement.

La fin du deuxième conflit mondial marqua la fin de l’application de leur statut particulier hérité des conventions de 1896. L’école italienne fut fermée, et on assista à une chute drastique du nombre des ressortissants italiens.
Certains, ayant collaboré avec les troupes de l’Axe pendant l’occupation de la Tunisie par ces dernières en 1942/1943) furent expulsés en Italie.

Ceux qui restèrent furent très nombreux à se faire naturaliser, beaucoup choisissant d’ailleurs la France comme pays d’accueil après l’indépendance de la Tunisie.


Comme vous l’avez constaté, autrefois, les Italiens venaient s’installer en Tunisie. 
Malheureusement, de nos jours, des milliers de Tunisiens fuient notre pays en risquant leur vie sur des petites embarcations afin d’atteindre les cotes italiennes.

Dernièrement, ce sont des conteneurs italiens de déchets importés en Tunisie qui font scandale suite aux révélations de l’émission « les 4 vérités » de la chaîne TB El Hiwar Ettounsi.
La douane du port de Sousse a saisi environ 120 tonnes dans plus 200 conteneurs de déchets ménagers, une activité qui ne respecte ni la législation nationale ni les conventions internationales.

Serions-nous devenus la poubelle de l’Italie ?

La vraie richesse d’un individu est sa richesse culturelle, toute autre est chimérique donc illusoire.

À quelques pas de la grande muraille de Sousse, réside une autre histoire passionnante qui marque la Perle du Sahel. Un trésor enfoui sous terre qui remonte depuis la fin du Ier siècle, il s’agit des catacombes de Sousse. Une véritable nécropole, qui a été aménagée par les chrétiens pour y inhumer leurs morts au temps de leur persécution.

Que se cache derrière les catacombes de Sousse ? Quelle est son histoire ? sont-elles accessibles actuellement au grand public ?

Histoire et découverte des catacombes

L’histoire des catacombes remonte à plusieurs siècles, une époque où la présence chrétienne en Tunisie était bien plus importante et vivante qu’aujourd’hui.  À cette époque, Sousse portait le nom de « Hadrumetum ».

La nécropole souterraine dont la principale utilisation était d’inhumer les morts, a été construite et aménagée vers la fin du Ier Siècle, Cimetière clandestin, les catacombes ont également servi de lieu de culte et de refuge pour les premiers adeptes du christianisme..

Les catacombes de Sousse ont été découvertes qu’en 1888 par le colonel Vincent, elles ont ensuite été fouillées par le docteur Carton et le curé de Sousse l’abbé Leynaud.

Le corps militaire a pris part aussi aux fouilles. Des lieutenants et des capitaines accompagnés des soldats du 4éme régiment de tirailleurs de Sousse participent et contribuent à cette opération.

Une découverte de façon imprévue et inattendue fait avancer les travaux en 1907, cela, suite à des explosions de mines qui servaient pour l’acheminement de l’eau d’un point à un autre.

Une architecture romaine décrite comme meilleure que celle de Rome

Cette cavité s’entend sur 5 km et est répartie sous la forme de 240 galeries, elle contient environ 15 000 sépultures.

Les parois latérales abritent les tombes qui sont superposées sur deux ou trois niveaux dans la hauteur de la galerie sans compter celles ensevelies dans le sol. Sur ces dernières, on pouvait apercevoir des inscriptions d’époque au pinceau ou parfois gravées montrant l’identité des oubliés.

On note aussi la présence de niches qui accueillent des lampes à huile ainsi que quelques inscriptions et des objets qui formaient le mobilier funéraire qu’on retrouve aujourd’hui au musée archéologique de Sousse.

Ce labyrinthe dispose de quatre catacombes dont trois d’entre-elles furent totalement découvertes : les catacombes d’Hermès, de bon pasteur (les derniers à être ouverts au grand public) et les catacombes de Sévère.

M. Jean Tommy-Martin (ancien maire de Maxula Rades 1929-1945 décrit les catacombes de Sousse comme meilleures que celles de Rome vu la meilleure conservation des lieux.

Un espace qui renferme des créations artistiques sacrées

Cette immense nécropole est considérée comme un espace de création artistique d’après les découvertes des explorateurs, « une vraie caverne d’Ali baba » aux yeux des chrétiens.

On y a d’ailleurs trouvé plusieurs inscriptions funéraires anciennes et gravures sur le marbre représentant des symboles tels que des poissons, les colombes messagères de paix…

La représentation du bon pasteur est considérée comme la meilleure trouvaille. Cette dernière est la plus ancienne connue en Afrique du Nord. Elle fut découverte par l’abbé Leynaud le 31 mars 1905, « Oh voilà quelqu’un qui porte un mouton » s’écrit-il, étant stupéfait.

Certaines œuvres sont parvenues au musée du Louvre à travers le colonel Vincent, tandis que d’autres résident toujours au musée archéologique de Sousse.

Un trésor souterrain encore inaccessible

Dérangé par la dégradation des lieux en 1927, le curé de Sousse M. l’abbé Leynaud a fait parvenir ses dires au président de la société d’archéologie de Sousse, affirmant que petit à petit, les catacombes devenaient de plus en plus fragiles.

Conscients du danger qui menace le patrimoine culturel, des travaux ont été entrepris quelques années plus tard. Malheureusement, le site est fermé depuis 2014 pour entretien, l’état des catacombes se dégradait à chaque fois qu’il y avait de fortes pluies.

Cette attraction touristique importante est un vrai trésor historique dont plusieurs touristes et locaux sont impatients de les visiter.

Doté d’un passé chargé d’histoires avec le passage de multiples civilisations, la perle du Sahel demeure une ville passionnante à découvrir.

Mais que représentent vraiment ces cultes chrétiens  ? Que nous cache de plus la fameuse terre de Sousse ? Le futur nous le dira certainement !

Restez à l’affût, pleins d’autres histoires captivantes vous attendent.

«C’est dans son patrimoine héréditaire que l’homme peut se comprendre, se reconstruire et comprendre autrui. »

C’est au cœur de la perle du Sahel qu’autrefois l’Église catholique de Saint-Félix fut édifiée, un édifice impressionnant riche en histoire.

Mais que sait-on à propos de cette église ? Comment et quand a-t-elle été fondée ? Est-elle toujours fréquentée par les chrétiens ?

Histoire de la fondation de l’église Saint Félix

C’est durant la période du protectorat français que l’église Saint-Félix a vu le jour dans un quartier renommé de Sousse « Capace Grande ». Grâce au développement de la communauté chrétienne à Sousse (pour la plupart Maltaise et Italienne) qui a jugé que l’église actuelle Notre-Dame, située dans la médina était bien trop petite pour accueillir un bon nombre de gens chrétiens.

C’est l’église de Notre-Dame qui continuait à exercer jusqu’à l’obtention de l’autorisation, un matin du dimanche 22 octobre 1911. Le jour même la première pierre de la future église fut bénie.

La construction a pris cinq longues années et s’achève en 1916 pour finir par présenter ce chef d’œuvre qui pouvait désormais accueillir un nombre plus important de chrétiens avec une association parallèle de l’église Notre-Dame.

Une Architecture romane

L’architecture de type romane est ainsi employée pour cet édifice, l’église se caractérise d’une croix latine visible sur le sommet de sa cloche de 35 mètres de haut.

De haut de ses 28 mètres de long et de ses 14 mètres de large, elle se caractérise d’une salle centrale oblongue, l’abside et les deux bas-côtés sont détachés par la dernière. Une œuvre agrémentée d’une touche locale d’après les symboles provenant des catacombes de Sousse qui égayent ses chapiteaux.

L’église fut gravement endommagée durant la 2ème Guerre Mondiale

Ce fut une époque sombre que le monde a connu, toute la Tunisie en a subi les conséquences de la deuxième guerre mondiale. Des bombardements éclatent sur tout le territoire issu des opérations anglo-américaines (la campagne de Tunisie).

De lourds dégâts sont constatés dans la ville de Sousse, l’église ne fut pas épargnée, elle enregistre plusieurs dégradations de l’édifice dont la toiture est sévèrement abîmée et sa verrière éclatée un vendredi 12 mars 1943.

L’église reprend son activité malgré la détérioration de l’état des lieux dès qu’un cessez-le-feu fut décidé.

L’agonie du protectorat français signe le début d’une nouvelle ère, celle de l’indépendance.

L’agitation du peuple se faisait ressentir, des manifestations ont éclaté au début de la sixième décennie du XXe Siècle et les églises ont été dépeuplées.

Après l’indépendance du pays, le commencement de la fin d’une ère retentit malheureusement pour la communauté chrétienne, une bonne partie d’eux, côtoyant la ville de Sousse regagnèrent leurs pays d’origine tandis que d’autres restaient malgré les circonstances.

Saint-Félix, un lieu de culte actif

Images depuis l’intérieur de l’église saint felix

L’église reste de nos jours l’une des rares à être en activité parmi tant d’autres fondées autrefois en Tunisie. En effet, l’édifice représente l’un des six endroits de culte catholique autorisés par le gouvernement tunisien après l’Indépendance.

Elle regroupe comme activités, la catéchèse pour enfants et adultes, la messe des familles, la chorale…

Confiée depuis 2016 aux pères Lazaristes, elle regroupe la communauté chrétienne de Sousse, Mahdia et Monastir ainsi qu’un bon nombre de touristes passagers.

Comme vous le voyez, Sousse est une ville accueillante et paisible, une ville où toutes les religions cohabitent sans aucun problème, et cela depuis bien longtemps.

Mais quand est-il des autres églises ? Combien d’églises sont encore actives en Tunisie ? Combien de chrétiens vivent encore au pays ?

À lire également sur Sousse Made :
Quand les Italiens migraient vers la ville de Sousse en Tunisie

À l’occasion de la fête de l’amour, nous avons décidé de déclarer notre flamme à la ville de Sousse, cette perle du Sahel qui fut traversée par plusieurs civilisations qui forgèrent son caractère et enrichissent son patrimoine, faisant d’elle une des villes les plus agréables à vivre dans le bassin méditerranéen. 

Chère Sousse,

L’Amour inconditionnel de tous les Soussiens, une ville belle et paisible, bordée par la plage, une ville où il fait beau pratiquement toute l’année. “Sousse”, ton nom ne peut évoquer que de beaux souvenirs !

Nous nous rappelons encore cette foule que tu rassembles de toutes les régions durant chaque été pour fêter Baba Aoussou le long de la corniche. Sousse, une ville d’accueil, ouverte sur le monde !

Toi qui nous as enseigné l’esprit de la convivialité et de l’accueil. Toi qui as fait de nous des habitants serviables et chaleureux avec les étrangers. Ville séductrice, tu as réussi à charmer des milliers de touristes qui ont fait de toi une destination à visiter quotidiennement. Tu dégages quelque chose de magique pour rendre tes visiteurs accros à tes terres.

Tes atouts ont fait de toi une station balnéaire de choix avec des kilomètres de sable fin, des luxueux hôtels accueillants les touristes venant de tous les continents pour un séjour de rêve, et ta concentration de cafés, restaurants, boutiques d’artisanat, pubs, lounges… qui font le bonheur de tout le monde.

Tu es certes une petite ville, mais tu resteras toujours grande aux yeux de toute personne qui a vécu sur tes terres. Tous les Sahéliens pourront l’affirmer ; tu es dotée d’une qualité de vie qu’on ne trouve nulle part ailleurs en Tunisie.

Sommes nous ensorcelés ? Est-ce que tu nous as jeté un sort ?

Nous partageons avec toi ce sentiment bizarre que nous n’arrivons pas à contrôler, tu arrives à retenir tous les habitants de Sousse. Tu commences à nous manquer dès qu’on s’éloigne de toi et au chemin du retour, nous percevons tous ce sentiment de réconfort dès qu’on s’approche de tes frontières.

Comme on dit : Ceux qui sont faits pour être ensemble se retrouveront toujours.

Depuis plus de trois mille ans et tout au long des siècles, tu fus attaquée et démolie, mais à chaque fois, tu as réussi à te relever et à te reconstruire plus belle que tu ne l’étais avant. Cela fait de toi, une citée musée qui recèle de précieux trésors, tu as d’ailleurs réussi à allier tradition et modernité. Il y a donc tellement de choses à voir en toi.

Ta médina qui protège plusieurs secrets au sein de ses 2.5km de remparts a su charmer ses visiteurs avec son côté authentique. Un voyage dans le temps garanti à toute personne parcourant ses ruelles et ses souks aux odeurs des fleurs d’orangers.

Plus loin, le village envoûtant de Hergla, connu pour son artisanat, sa pêche, ses plages sauvages à l’eau limpide. Hergla séduit également par son architecture typique des villes méditerranéennes et la dominance du bleu et du blanc un peu partout.

Non loin de Hergla, se trouve le village berbère de Takrouna, un lieu qui fait le bonheur des passionnés de l’histoire. Perché sur un promontoire rocheux culminant à 200 mètres d’altitude et dominant une plaine environnante, avec vue sur le golfe d’Hammamet, Hergla et Sousse à l’est, le djebel Zaghouan au nord et la plaine de Kairouan au sud, ce village insolite est unique en son genre.

Les endroits à visiter et les choses à faire sont nombreuses, il faudrait donc plus d’une lettre pour les énoncer.

Sousse, tu nous as tellement donné qu’il sera difficile pour nous de te rendre la pareil, alors nous espérons que ces quelques lignes te feront plaisir et te rendront le sourire en cette période si difficile.

PS: I Love You

L’équipe de Sousse Made

Les personnes qui aiment le chocolat ont tendance à être plus généreuses, plus heureuses, altruistes et plus ouvertes d’esprit.

Partagez ces ondes positives autour de vous en s’offrant ou en offrant des chocolats, d’ailleurs, cela reste toujours une bonne idée de cadeau !

De plus en plus d’amateurs de chocolat se mettent à proposer leurs délices sur les réseaux sociaux.
Découvrons ensemble notre sélection.

Lovely Choco

lovely choco sousse

Page Facebook : Lovelychoco

MEENA’s Chocolate

MEENA's Chocolate

Compte Insta : meena_s_chocolate | Page Facebook : MEENA’s Chocolate
Info & commande : 53 915 000

saveurs_chatti

saveurs chatti

Compte Insta : saveurs_chatti | Page Facebook : Les Saveurs Chatti
Info & commande : 25 191 300

Planete chocolat

planete chocolat sousse

Compte Insta : planete.chocolat | Page Facebook : Planete Chocolat
Info & commande : 53 068 063

Chocolat heart sousse

chocolat heart sousse

Page Facebook : Chocolat Heart Sousse
Info & commande : 50 396 092

A lire aussi sur Sousse Made :
Saint Valentin 2021 : Où acheter du bon chocolat à Sousse ?

Offrir des chocolats est une façon d’offrir un peu de bonheur.

Vous cherchez une idée cadeau originale ? Quelle que soit la saison, offrir du chocolat reste toujours une idée de cadeau originale.

Découvrez ces adresses incontournables pour dénicher de délicieuses créations chocolatées.

Varon chocolat

varon-chocolat-sousse

Compte Insta : varon.chocolat | Page Facebook : Varon chocolat 
Infoline : 92 308 518 | Adresse : Sousse Mall

Maison du chocolat

maison du chocolat sousse

Compte Insta : maisonduchocolatsousse | Page Facebook : Maison du chocolat
Infoline : 56194606 | Adresse : Rue Mokhtar Laatiri Menchia juste à côté de restaurant miam’s

Gourmandise

gourmandise chocolat sousse

Page Facebook : Gourmandise | Compte Instagram : lamaisongourmandise
Adresse : Route touristique El Kantaoui / Hôtel Sousse Pearl Marriott Resort & Spa

Masmoudi

masmoudi chocolat sousse

Page Facebook : Pâtisserie Masmoudi | Compte Instagram : patisseriemasmoudi 
Adresse : Sahloul, Av. Yasser Arafat.

Quelle que soit l’occasion, une boîte de chocolat est toujours une bonne idée !

A lire aussi sur Sousse Made :
Où trouver du bon chocolat HandMade à Sousse ?

« Brigade Rouge », le Groupe légendaire des supporters de l’Etoile Sportive du Sahel fête son 20éme anniversaire.

Plus qu’un groupe, la Brigade rouge est une mentalité, une fraternité, une communauté qui partage des valeurs. La Brigade rouge est la voix du peuple,
un mouvement de résistance anti-système qui met en lumière les injustices sociales, un mouvement artistique qui comprend des chanteurs et musiciens, des graffeurs, des créateurs, des designers graphiques… et la liste est bien longue.

Cet article retrace le parcours d’un groupe de jeunes étoilistes, ambitieux et passionnés par le club phare du Sahel qui ont décidé de révolutionner la mentalité dans les tribunes africaines. 

20 ans après, ce petit groupe de jeunes initialement réunis pour satisfaire une passion, s’est transformé en un groupe mythique qui règne désormais à l’échelle nationale, de par ses membres, ses sections, ses positions et principalement son statut ancestral sur tout un continent.

Nous vous invitons tout d’abord à écouter un des derniers titres de la Brigade rouge qui résume leur histoire avant de vous parler de ce fameux groupe qui ne cessera de nous fasciner.

Croyez-nous, La Brigade Rouge ne se résume pas à un groupe de supporters !

Tout a commencé en 2001 

L’histoire commence lors d’un match contre la JSK dont les souvenirs demeureront mémorables pour les plus âgés et référentiels pour les plus jeunes. 

Le defunt Aymen El Marseillais, puisse son âme repose en paix, est cet Homme, loyal et exemplaire, un parmi ceux qui ont poussé à se déplacer des gradins chinois derrière les cages au cœur du Virage nord. Le Brigadier a donné le feu vert pour un parcours honorifique qui dure depuis 20 ans, et qui persistera à l’éternel. 

aymen el marseillais brigade rouge sousse

 Un nouveau virage qui affiche toujours complet même quand le stade est à moitié plein

Le Virage étoilé commence à faire parler de lui !

On se bousculait pour accéder à la pelouse qui était encombrée même à l’époque où le stade n’affichait pas complet. En effet, les billets étaient vendus au noir. Tout le monde voulait participer au festival qu’offraient les supporters vêtus de T-shirts rouges sur lesquels était crayonnée l’image du grand révolutionnaire glorieux Ché Guevara.

Parfois, les autres gradins n’affichaient pas la grande allure, mais le Virage était quand même plein à craquer.

Brigade Rouge, Plus qu’un groupe…

La Brigade Rouge, un mouvement anti-système qui lutte contre l’injustice

Le groupe attirait de plus en plus de membres et cela inquiétait les forces de l’ordre. 

  • Le Nom du groupe “Brigade Rouge” posait problème
  • La mascotte du groupe “Bulldog” ne leur plaisait pas
  • “Che Guevara”, le symbole du groupe leur faisait peur

Des sujets tabous sont abordés dans les chansons, la guerre est lancée contre le système, les affrontement avec la police deviennent de plus en plus fréquents et les arrestations se multiplient !

De  nombreux braves Brigadiers étaient arrêtés lors de chaque rencontre de l’Étoile. Certains se sont vus interdire l’accès au stade. Certes la résistance ne fut pas facile au début, mais cela n’a découragé personne. Au contraire, il n’a fait que rendre le groupe encore plus fort et plus soudé.

Faut-il aussi rappeler qu’au sein de la Brigade Rouge, on disposait de gens assez puissants dans la région qui défendaient les intérêts du groupe sans calcul tout en y faisant partie. 

Certains étaient à l’origine de la fondation de la BR et n’hésitaient nullement à mettre leur influence au service du mouvement et ont été à l’origine de la libération de plusieurs membres arrêtés et de dénonciation des actes malveillants des policiers.

 La Brigade Rouge dérange et on en parle même dans les médias.

La première apparition télévisée du nom de la Brigade Rouge au cours de la saison 2002-2003 a favorisé de vives contestations et pressions médiatiques rejetant cette appellation sous prétexte que cette nomination porte une tendance agressive, délictuelle et même terroriste. 

Les médias ont insisté pour que le nom du groupe soit modifié. Les Sahéliens n’ont jamais tendu l’oreille à cette propagande hostile au Groupe. Preuve en ai : Le nom du groupe demeure le même et ne fait qu’être une fierté du Sahel entier.

Un mouvement Artistique

Plusieurs albums musicaux ont été enregistrés dans des studios professionnels, les chansons rencontrent un franc succès, elles sont écoutées par milliers partout dans le monde.

En 2021, un extrait d’une chanson de La Brigade rouge est même passé au parlement Tunisien par un député “Yassine Ayari” pour que les politiciens comprennent les revendications du peuple et le message des manifestants lors des affrontement avec la police qui ont eu lieu dans des quartiers chauds durant les soirées du couvre feu.

Ceci, nous prouve encore une fois que les chansons et les messages de ce groupe sont la voix du peuple

Nous remarquons également de plus en plus de graffitis dans les rues de Sousse qui sont signés par la Brigade Rouge, certains portent même des messages politiques.

Il est important de noter que La brigade Rouge est également une marque déposée qui conçoit et vend ses propres accessoires et vêtements.

Ces derniers se vendent comme des petits pains. Porter un vêtement de la brigade rouge, c’est s’identifier à tout un mouvement et toute une mentalité.

Les Tunisiens résidant à l’étranger en raffolent et les portent fièrement partout dans le monde.

Un groupe qui organise d’énormes craquages 

Étant le premier groupe de supporters de l’Etoile, la Brigade Rouge est parvenue à rassembler tous les jeunes supporters de l’équipe : les jeunes de tous les quartiers de Sousse, ceux des autres régions du Sahel, et aussi de nombreux étoilistes de Tunis.

Une ambiance de folie qui faisait vibrer les virages, des banderoles partout, des fumigènes qui s’allument de partout… On assistait à de véritables festivals ! 

Les Brigadiers occupaient les gradins du stade de Sousse et se déplaçaient en masse à l’occasion des matchs qui se déroulaient à l’extérieur de la Perla lors des déplacements en Tunisie mais également à l’international.

 Le nom de la BR01 a dépassé les frontières Soussio-sahélienne et a eu son accès à la véritable Internationalisation. 

La Brigade rouge regroupe une communauté sahélienne

La Brigade Rouge suit de plus en plus une conception régionaliste sahélienne qui considère que Sousse est la Capitale du Sahel Unissant tous les Swahlias et les étoilés de toutes les autres villes proches.

Un nouveau drapeau voit le jour, issu de l’union du drapeau étoilé avec le drapeau Soussien jaune et bleu. Ce drapeau étoilé associé à trois bandes (les trois gouvernorats du Sahel) avec les deux couleurs jaune (soleil) et bleu (mer) reste déplaisant au pouvoir, à quelques soi-disant intellectuels et au régime. La police essaie fréquemment de confisquer les drapeaux Soussiens devant l’entrée du stade sous prétexte de régionalisme.

Irrémédiablement, Sousse reste pour l’ensemble du corps étoilo-sahélien le centre qui unit tout le Sahel. Ceci demeure une fierté et un acquis psychologique adopté définitivement par l’unanimité des Sahéliens. C’est une idée qui est avant tout fondée sur une appartenance géographique et surtout elle renforce une fierté indiscutable.

Nous rappelons que contrairement à d’autres groupes de supporters de plusieurs équipes, la Brigade Rouge est l’un des rares à rester unis et solidaire.

Un Groupe d’envergure nationale mais aussi internationale

La Brigade rouge compte plus de 40 sections réparties un peu partout en Tunisie dans le grand le sahel, les régions internes, au grand Tunis… mais aussi dans le monde aux quatre coins du globe.

Où que vous soyez, vous trouverez sûrement des Fans de la Brigade Rouge, des graffitis dans des quartiers, des supporters qui suivent les matchs de l’ESS ensemble dans des cafés ou dans des bars à l’étranger…

En attendant la réouverture du Stade olympique de Sousse suite à sa rénovation et son extension, Brigade Rouge vous promet plein de craquages et de festivals hors normes. L’histoire continue…


*Propos recueillis depuis la page Facebook officielle du Groupe : https://www.facebook.com/BrigadeR01


À lire aussi sur Sousse Made :
Quand les Italiens migraient vers la ville de Sousse en Tunisie
En Tunisie, le prix du cannabis est plus élevé qu’en Europe
Les légendes racontées au sujet d’El Hajra El maklouba de Sousse

Connaître son histoire, c′est pouvoir choisir son avenir

Vous connaissez certainement le Ribat de Sousse, ce bâtiment aux allures de forteresse située à la médina de Sousse. Mais que sait-on vraiment à propos de ce Ribat ? À  quoi servait il ? Par qui était-il occupé… ?

Contrairement aux autres ribats qu’on retrouve en bord de mer, le ribat de Sousse est une forteresse qui se trouve à 500 mètres de la côte et au sein de la médina de Sousse, à environ cinquante-cinq mètres de la Grande Mosquée. Selon plusieurs écrivains et historiens, comme Anouar el feni ou encore Mohamed Mestiri ce sont les forces françaises qui ont construit sur l’eau tout autour des remparts à proximité du ribat. Cette nouvelle partie été d’ailleurs surnommée la nouvelle ville vu qu’elle se trouvait à l’extérieur de la médina.

Le Ribat de Sousse est le plus ancien Ribat de l’Afrique du nord

ribat de sousse

Classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1988, il est considéré comme le ribat le plus ancien en Tunisie, il a d’ailleurs même servi de modèle pour le ribat de Monastir.

C’est un des exemples typiques des ribats qui servaient dans l’Afrique du nord au Moyen Âge.

La construction du ribat est attribuée à Ziyadat Allah Ier en 821, sur la base de l’unique inscription qui existe à l’intérieur du bâtiment : « Au Nom de Dieu, le Bienfaiteur, le Miséricordieux. Bénédiction de Dieu. Voici ce qu’a ordonné l’émir Ziyâdat Allâh ibn Ibrâhîm, que Dieu prolonge sa durée !… par les mains de Masrûr al-Khâdim  (Le serviteur) son affranchi, en l’année 206 / 821. Ô Dieu, fais-nous descendre dans une demeure… béni. Tu es le meilleur des conducteurs ».

Le Ribat a été entièrement démoli puis reconstruit

Bien qu’initialement bâti par un gouverneur abbasside en 796 CE, le ribat de Sousse a été démoli et entièrement reconstruit par le calife Aghlabid Ziyadat Allah I en 821 qui lui a ajouté une tour de garde du côté sud-est qui servait de minaret à la mosquée voisine.

Le ribat de Sousse a été endommagé lors du bombardement de la ville en 1943 durant la campagne nord-africaine de la Seconde Guerre mondiale. Il a ensuite été restauré entre 1951 et 1953. 

C’est un des bâtiments historiques les mieux conservés en Afrique du nord.

Des fonctions militaires et religieuses

ribat de sousse

De petites garnisons de soldats musulmans pieux vivaient dans le Ribat et protégeaient leurs villes contre les attaques maritimes, le ribat avait donc une fonction de défense et de guet contre les attaques de la marine byzantine ou tout autre ennemi.

C’est également un lieu idéal de refuge pour les pèlerins comme pour la population en cas d’attaque. Il est conçu pour abriter une cinquantaine d’hommes.

La tour est en forme de cheminée, mesurant 27m, elle permettait aux soldats de surveiller la mer et l’arrière-pays, d’où en cas de besoin pouvaient communiquer avec les Ribats voisins par des signaux lumineux. Un système de signalisation constitué par des signaux optiques (fumée et feu allumés) était utilisé.

L’entrée du Ribat est surmontée d’un assommoir, une ouverture pour faire tomber des projectiles sur les assaillants.

Le mur de la qibla qui est aussi le rempart d’enceinte est percé d’archers. Les priants peuvent ainsi se transformer à tout moment en guerriers pour défendre le Ribat !

En 827, le Ribat de Sousse servait de base de départ pour la conquête de Sicile par Assad Ibn El Fourat.

En 1722, vers la fin de la confrontation entre les deux rives de la méditerranée, le ribat perdit sa vocation militaire et se transforma en lieu d’enseignement (madrassa ) et de propagation des sciences religieuses. D’ailleurs les plans des medersas tunisiennes s’inspirent profondément de celui des ribats.

Sa structure fut imitée dans tout l’occident musulman

ribat de sousse

Son style architectural s’inspire largement de celui mis en œuvre par les Byzantins.

Le ribat est édifié sur un plan carré de 38 mètres de côté et s’étage sur deux niveaux ouverts sur une cour centrale de forme rectangulaire.

La cour centrale est entourée de pièces, le niveau supérieur desservi par deux escaliers abrite une salle de prière dotée d’un élégant plafond voûté qui reflète son double objectif avec ses fenêtres fortifiées utilisées par les archers et le simple mihrab (niche de prière dans le mur indiquant la direction de La Mecque; c’est l’une des plus anciennes du Nord Afrique).

On y trouve également les cellules des moines-soldats qui occupent les trois autres ailes de l’étage.

Au dernier niveau on trouve le chemin de ronde et plusieurs tours aux angles, semi-circulaires disposées au milieu des courtines Est, Ouest et Nord.  A l’angle S-E se trouve la tour-vigie. On y trouve également la coupole, C’est l’abri des défenseurs de l’entrée, chargés de neutraliser les assaillants parvenus sous le porche. 


Nous espérons que cet article vous a plu et qu’il vous a surtout appris un peu plus à propos d’un des monuments historiques les plus importants de la ville de Sousse.

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à voir ça de plus prêt en visitant le ribat de Sousse. Celui-ci est ouvert tous les jours, l’entrée coûte 8dt.

À lire aussi sur Sousse Made :
Les légendes racontées au sujet d’El Hajra El maklouba de Sousse
Que voir à Sousse ? Les visites incontournables

La création du groupe vient d’un constat d’échec de l’approche prohibitionniste de la lutte contre la drogue et le cannabis depuis 1992. 

En effet, cette guerre contre le cannabis n’a engendré qu’une augmentation du crime organisé, du nombre de consommateurs ainsi que de la population carcérale (En Tunisie, un tiers des prisonniers sont en détention pour consommation de stupéfiants).

Face à ce bilan catastrophique le groupe “On va légaliser pour vous 🔞” composé de plus 64 000 membres, propose la légalisation du cannabis en opposition à l’approche sécuritaire.

A travers les publications des membres, nous pouvons également en déduire que ce dernier est un espace de partage entre les adaptes de cannabis.

Cette alternative a vu le jour après une étude comparative des diverses expériences entreprises à travers le monde, notamment au Canada, aux Etats-Unis, en Uruguay.

Legalise it tunisie

Retrouvez aussi sur Sousse Made :
En Tunisie, le prix du cannabis est plus élevé qu’en Europe

Si vous vivez à Sousse, vous êtes sûrement passé à côté d’El Hajra El Maklouba !

Cet immense rocher renversé situé au quartier de Bouhsina à quelques centaines de mètres de la médina et du musée archéologique suscite la curiosité des habitants de la ville de Sousse depuis toujours.
Un curieux rocher aux allures de météorites collé à une petite maison connue sous le nom de El Hajra El Maklouba.

Ces origines restent encore méconnues, on trouve plusieurs histoires et légendes à propos de ce rocher dont voici les plus connues :

  • Une météorite tombée du ciel
  • Un rocher qui cache un trésor enfoui dans une grotte souterraine qui  se trouve
    juste en dessous
  • Un rocher maudit, toutes les grues qui ont tenté de le déplacer sont tombées en panne. Plusieurs personnes ont même peur d’essayer de la déplacer
  • Les restes d’un hammam qui date depuis l’époque romaine 

Lors de l’époque du protectorat, elle servait comme une tour de garde par les soldats français ou comme un haut point pour admirer la ville, ils l’appelaient d’ailleurs la tour Eiffel. 

Quelle est donc la vraie histoire d’El Hajra El Maklouba de Sousse ?

Selon plusieurs archéologues, ce rocher fait partie des ruines d’un ancien théâtre romain où étaient organisées des courses de chars. Cette thèse est démontrée suite à l’étude des pierres qui composent ce bloc géant. 

En effet, les pierres contiennent une quantité incroyable de blocs de pierre ponce.
Sur le grand bloc, on peut voir très clairement les empreintes de grandes dalles carrées sur sa surface, qui ont dû le recouvrir dans le passé et former une immense terrasse dallée.

Tant de questions qui demeurent encore sans réponses !

  • Que fait cette maison collée au rocher depuis des années ?
  • Ou sont passés les restes des vestiges du théâtre romain ?

Retrouvez aussi sur Sousse Made :
Que sait-on vraiment à propos du Ribat de Sousse ?