fbpx

Cain est un court-métrage tunisien de 12 minutes qui retrace la vie d’un enfant pauvre bercé par la violence.

Il vit avec un père feignant et alcoolique et une mère qui ne cesse de crier. Dès qu’il franchit la porte de la maison, il se sent constamment agressé, notamment dans son quartier.

Ce court-métrage a donc un message social à faire passer, la violence verbale ou physique est un fléau répandu au sein de notre société.

Nous vivons dans une société malade qui n’a aucune notion du savoir-vivre. 

Ce travail dépasse sa dimension cinématographique

Il représente un défi pour une équipe jeune et ambitieuse originaire de la ville de Sousse. Une équipe qui manque énormément d’équipements et de matériels de tournage et dont leur formation n’a aucun rapporta avec le cinéma ou le théâtre.
Le court métrage a été réalisé avec les moyens rudimentaires disponibles sans encadrement de la part
de professionnels confirmés et sans aucun sponsor.

Dans un pays où la culture semble de plus en plus délaissée et ou les médias semblent de plus en plus intéressés par le buzz, l’audimat et l’argent il existe une jeunesse douée qui déborde de créativité et de passion dans plusieurs domaines artistiques.

Ses ados ont dû compter sur leurs propres moyens !

Malgré cela, ce court métrage a réussi a remporté plusieurs prix, il a été classé deuxième meilleur film du Festival Libre des Deux Rives de la Méditerranée à Dar Al Thaqafa Ibn Rashiq (à Tunis), Il a également été sélectionné sur la liste officielle pour participer au “Duemila30 – High School & University Short Film Festival” (Milan, Italie), “The Lift-Off Sessions” (Royaume-Uni), au Festival International Panorama Short Film Festival… 

Visionner le court-métrage [Cain]

Les réactions d’acteurs, créateurs de contenu et autres professionnels

La jeunesse a besoin de plus d’encouragement et d’encadrement de la part des maisons de jeunes, de culture et autres organismes afin d’aider les personnes ambitieuses à concrétiser leurs idées et leurs projets. La Maison des Jeunes Kalaa Sghira a aidé comme elle pouvait selon les moyens limités dont elle dispose, il faudrait donc un coup de pouce de la part du ministère de la Culture pour faire bouger les choses !

Pour plus d’infos, rendez-vous sur la page suivante : https://filmfreeway.com/CainKabil