fbpx
Auteur

AL

Browsing

Fondé en 2010, le Groupe Redstar avait rapidement trouvé sa place au milieu de la scène musicale du rap tunisien, pour beaucoup c’était le meilleur groupe en Tunisie.

Redstar avait enchaîné titre après titre dès sa création, un record jamais vu en Tunisie en termes de nombres de mixtapes produites en si peu de temps. Le Groupe était incontestablement le leader du rap tunisien dans la région du sahel, une fierté pour la ville de Sousse.

On assistait alors à un vrai challenge entre plusieurs rappeurs de la capitale et le groupe Redstar, le clash le plus célèbre du groupe reste sans aucun doute le titre “Ride to The Future”.

Après avoir laissé leur empreinte dans la scène musicale tunisienne, le groupe s’est séparé et chacun avait poursuivi sa carrière de son côté.

G.G.A s’oriente vers une carrière professionnelle orientée business et musique commerciale avec des sons underground de temps en temps, tant dit que Redstar Radi continue de garder le même style underground.

Après une séparation d’environ 7 ans le groupe annonce son retour en 2020 via les réseaux sociaux sur Facebook et Instagram à travers un teaser à couper le souffle !

Le rap Tunisien fait son come back !

À Lire aussi : Des milliers d’artistes tunisiens au chômage sans aucun revenu

Le secteur culturel et artistique est touché de plein fouet par la crise du covid-19

Suite à la suspension de l’ensemble des activités culturelles, des milliers d’acteurs du secteur culturel sont touchés, Chanteurs, Dj, musiciens, ingénieurs de son, organisateurs d’événements, chorégraphes, danseurs… Et la liste est bien longue.

La ville de Sousse en pleine crise

La ville de Sousse est connue pour sa vie nocturne et pour ses hôtels balnéaires mais avec le couvre-feu tout a changé.

À Sousse, les bars, restaurants et cafés représentent une part importante des entreprises. Suite à la décision du gouvernement, ils sont tous obligés de fermer à 16h.
Une décision qui a pousser plusieurs établissements a fermer leur portes car tout le monde travaille pratiquement jusqu’à 17h ou 18h et les établissements sont désertés.

Résultat : Plus de clients, Plus de live sessions… Le chômage monte en flèche !

Aucune compensation financière et des milliers d’artistes au chômage

Les artistes demandent  le droit d’exercer leur métier dans le respect du protocole sanitaire. Dans le cas contraire, certains d’entre eux se retrouveront à la rue sans aucun revenu, d’autres ne pourront plus subvenir aux besoins de leur famille… Une triste réalité dont l’Etat est jusqu’à présent incapable d’apporter une solution dans l’immédiat.

L’Etat Tunisien est en pleine crise financière, impuissant, il ne peut accorder d’aides aux acteurs du secteur culturel touchés par la crise du covid-19.

Les artistes, techniciens et freelancers sont donc condamnés à une mort lente !

Nous avons essayé d’établir les points forts et les points faibles de chaque ville afin de vous aider à nous apporter une réponse à notre question.

Sousse VS Tunis, le duel !

Sousse, La ville lumière du Sahel Tunisien

Points Forts :

  • Prix abordables
  • Proximité des pubs et lounges
  • Ambiance chaleureuse et conviviale
  • Ville dynamique tout au long de l’année
  • De la bonne musique Live un peu partout

Points Faibles :

  • Un choix limité de pubs et lounges 
  • Manque de concepts innovants
  • Qualité du service

.

Tunis, La capitale qui ne dort jamais

Points Forts :

  • Une infinité de pubs et lounges
  • Des concepts originaux 
  • Ville dynamique tout au long de l’année
  • De la bonne musique Live un peu partout

Points Faibles :

  • Des prix élevés et parfois excessifs
  • Proximité des pubs et lounges
  • Qualité du service

Alors, préférez-vous faire la fête à Sousse ou à Tunis ?

Le prix du cannabis s’envole en Tunisie !

Ce prix a doublé depuis la révolution et a encore triplé depuis le confinement général du mois de mars 2020.

Une demande beaucoup plus forte que l’offre

Le prix d’une barrette de 10dt en 2010 équivaut à environ 50DT en 2020 !

Avec l’arrivée du covid-19, il est devenu de plus en plus difficile de faire passer le cannabis d’un pays à un autre. Les mesures de sécurité à la douane se sont renforcées et les fréquences de voyages ont beaucoup diminuées. Certains dealers arrivent encore à faire passer leurs marchandises, mais cela à des prix très élevés, ce qui se répercute sur les consommateurs.

Nous remarquons l’apparition d’une qualité supérieure durant ces dernières années qu’on n’avait pas trop l’habitude de voir avant. (une qualité appelée le plus souvent sel3a b7ar, Chamia ou encore la Tamra). 

Ce type de cannabis est plus pur et moins mélangé avec d’autres substances, c’est d’ailleurs la même qualité qu’on retrouve dans plusieurs pays européens.

En Tunisie, le prix du cannabis est plus élevé qu’en Europe

Selon plusieurs sources de Tunisiens qui résident à l’étranger, le prix du cannabis en Tunisie a tellement augmenté qu’il est devenu plus chère qu’en Europe sachant le SMIG en France est environ 9x plus élevé que le nôtre.

Smig en France : 1219€ = 3900DT/mois
Smig en Tunisie : 125€ = 400DT/mois

Un mois de salaire en Tunisie équivaut à un dîner en couple en France !
Avec ce taux de change, le Tunisien ne peut même plus partir en vacances et ne peut également même plus s’accorder un moment de plaisir et de sérénité en fumant un joint.

Alors, allez-vous abandonner la conso de cannabis ou allez vous continuer à en consommer en payant le prix fort ?

La solution?
Plusieurs mouvements en Tunisie recommandent la dépénalisation du cannabis et sa production et distribution par l’Etat afin de garder le contrôle total sur la consommation et remplir les caisses vides. Légaliser le cannabis pourrait en effet rapporter des millions de dinars à l’Etat, comme le cas de L’Uruguay, le Canada, le Colorado…


N’hésitez pas à partager cet article en laissant votre avis sur la légalisation en Tunisie !
Retrouvez aussi sur Sousse Made :
On va légaliser pour vous, un Groupe Facebook qui prend de l’ampleur en Tunisie
Tout savoir sur le marché noir de la bière

Comme dans la plupart des régions en Tunisie, la ville de Sousse regorge de marchands qui vendent la bière de manière illégale et clandestine.

Un marché noir de la bière malgré une vente légale par l’État ?

En Tunisie, il est totalement légal d’acheter des boissons alcoolisées à partir de certains magasins. Pourtant, il existe un marché noir de la bière.

Il existe en effet un marchand clandestin dans pratiquement chaque quartier, on peut ainsi se procurer des bières bien fraîches à n’importe quel moment de la journée ou de la soirée et quelques fois même acheter des glaçons ou sa Kémia juste à côté du vendeur.

Ce type de vendeur commercialise généralement qu’un seul produit (la bière tunisienne) vendue à environ 2500DT/boite 25cl (en 2020). Vous ne trouverez donc, ni de marques étrangères, ni de bouteilles de vin, ni de liqueurs.

Il est également possible de se faire livrer par téléphone dans certains quartiers !

Les causes de l’apparition du marché parallèle de la bière

  • Les magasins qui vendent les boissons alcoolisées ne sont pas autorisés à commercialiser leurs produits durant le vendredi pour des raisons religieuses.
  • La plupart des magasins autorisés à vendre des boissons alcoolisées ferment leurs portes à environ 20h.

D’après vous qu’elle est la solution pour éradiquer ce marché parallèle qui génère de grandes pertes à l’État ?

À Lire aussi : En Tunisie, le prix du cannabis est plus élevé qu’en Europe